La (ra)contabilité – un art asiatique?


PARFOIS UN JOLI CONTE POINTE MIEUX LA VÉRITÉ QU’UNE LARGE COLLECTION DE FAITS ET DE CHIFFRES.

Tel est le cas avec «L’Empire des singes» dans les colonnes d’un journal chinois. Dans une chronique rédigée pour le magazine financier CAIJING par Andrew Sheng, des singes intelligents créent un marché de produits dérivés basé sur des bananes.

Vu l’effondrement du marché, une commission de sages conclut: «Un singe dans un costume Armani reste toujours un singe!» L’auteur du récit est l’un des régulateurs les plus réputés d’Asie.

«L’idée est née d’une citation du gouverneur de la Banque centrale de Malaisie», explique Andrew Sheng. Au milieu de la crise de dépôts dans les années 1980 on aurait en effet colporté: «Ne laissez jamais des singes en charge de la banane.» Voilà le point de départ de plusieurs récits sur «L’Empire des singes».

Le conseiller en chef de la plus haute autorité des marchés financiers – le China Banking Regulatory Commission (CBRC) – en a fait un beau collier de contes …qui fait maintenant le tour du monde. Son message final: Les banques centrales doivent être en mesure de porter des jugements, même si la vérité est gênante – il ne s’agit pas simplement de recoller des morceaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s