Comment les German Centres dopent l’économie allemande


C’est aussi grâce au concept des « German Centre » que le mittelstand allemand paraît si fort dans les pays émergents – où se produit actuellement la part du lion de la croissance économique mondial, a expliqué Jürgen Schnieder, représentant de la L-BANK à Jakarta, lors d’une conférence du Club des Affaires de la Hesse

Les chiffres sont bien parlants: Dans les six premiers mois de 2011, la valeur des exportations de l’Allemagne vient d’augmenter de 15 pourcent. L’un des secrets pour ce succès consiste dans le fait que les petites et moyennes entreprises allemandes réussissent mieux à pénétrer les marchés étrangers que leurs pendants français. 

 

Jürgen Schnieder, L-Bank Karlsruhe

Jürgen Schnieder, L-Bank Karlsruhe

Pendant une conférence du Club des Affaires dans la Villa Bonn, l’économiste de la L-Bank Karlsruhe GmbH & Co. KG, Jürgen Schnieder, a exposé comment fonctionne et pourquoi s’est formé ce réseau de services. L’initiative pour les German Centre est en effet partie du Bade-Wurtemberg, vers la fin du millénaire: C’est l’entrepreneur Berthold Leibinger, président du conseil de l’administration de la Trumpf GmbH & Co. KG, qui avançait le premier l’idée d’aider les entreprises de taille intermédiaire à suivre les grands groupes, comme Daimler et Volkswagen, dans leur conquête des marchés extérieurs.

D’habitude, les petits entrepreneurs manquent de personnel pour la commercialisation de leurs produits à l’étranger. Et ils connaissent d’importants problèmes à s’approvisionner des capitaux nécessaires – ce qui fait la différence principale envers les grandes firmes. Devant les deux anciens ministre-présidents de la Bavière et du Bade-Wurtemberg, M. Leibinger n’a visiblement pas prêché dans le désert: Ils étaient vite convaincus, chargeant leurs banques publiques régionales (Landesbanken) du financement des nouveaux pôles de service. La Chambre de Commerce et d’Industrie (IHK) à Karlsruhe a elle aussi joué un rôle clé dans la fondation du premier German Centre à Singapour, développé à partir de 1992.

Aujourd’hui, sept filiales existent dans les marchés les plus prometteurs du monde. Leur idée principale est d’offrir des locaux équipés avec toute la technique habituelle aux entreprises européennes, dans des régions du globe où ce n’est pas évident. Malgré les barrières de la langue, et en dépit des pratiques locales inhabituelles – voire quelquefois douteuses – les locataires du German Centre peuvent se lancer dans des affaires nouvelles. Leurs locaux sont regroupés autour des salles de réunion ou d’exposition, avec un contact facile aux professionnels ayant l’expérience du pays, aux juristes et conseillers fiscaux. Non moins important est la présence de restaurants et quelque part même d’un court de tennis où l’on peut établir des relations de confiance avec ses interlocuteurs.

En priorité, les différents German Centres sont ouverts aux entrepreneurs allemands. Mais les germanophones représentent seulement 80 % des locataires. D’autres 20 % proviennent de l’Europe entière, mais aussi des marchés nationals, par exemple quand il s’agit de soumissionnaires qui exportent en Europe. « Je regrette que, pour le moment, les Français ne soient guère parmi nos hôtes », a précisé M. Schnieder. Globalement, plus de 600 entreprises sont logées dans les German Centres, avec en tout 1800 entreprises qui ont été accompagné sur ces nouveaux marchés depuis voilà 20 ans.

Après Singapour, qui aujourd’hui abrite la plupart des holdings allemands en Asie, le deuxième German Centre à Shanghai, placé aux alentours de cette mégalopole, a bientôt été aussi complet. Sur tous les deux sites, les locataires gémissent désormais sur un niveau des revenus qui est de plain-pied avec l’Europe; le manque de personnel spécialisé posant les mêmes problèmes que dans les autres pays industrialisés.

En août s’est alors ouvert le septième German Centre à Moscou, avec une surface de 6000 m2 pour une centaine d’entreprises. Presque 30 sociétés s’y sont déjà installées. D’après le récit de M. Schnieder, les circonstances en Russie sont extrêmement difficiles, avec une corruption à visage découvert qui force le locataire à accepter d’un jour à l’autre et calmement une augmentation des coûts, au mépris de tout contracte précédent. Ceci n’empêche que la Russie s’apprête à rattraper la Chine comme plus importante destination des affaires à l’étranger, avec, cette année, un surcroît du commerce de 48% pour le Bade-Wurttemberg.

Au Méxique par ailleurs, les entrepreneurs allemands se voient forcés à prendre chaque jour un autre trajet de travail; ils doivent conduire des véhicules blindés. Pékin, Jakarta et Delhi-Gurgaon se dénotent par contre avec une spectaculaire pollution de l’air et une infrastructure très compliquée. Dans chaque endroit, les German Centre aident à franchir d’autres caps. Les Français sont invités à profiter du réseau de service allemand, prêt à les porter, comme leurs voisins de Stuttgart ou de Munich, sur de nouveaux sentiers de croissance.

www.germancentre.com

en allemand:

Neben den rund 120 Standorten deutscher Auslandshandelskammern (AHK) existieren seit 1995 die von Landesbanken in Bayern und Baden-Württemberg finanzierten « German Centres ». An derzeit sieben Standorten helfen sie deutschen Mittelständlern, eigene Stützpunkte in zukunftsträchtigen Märkten aufzubauen. Der Ansprechpartner für Jakarta/Indonesien, Jürgen Schnieder, erklärte Mitgliedern des Club des Affaires, wie das Netzwerk funktioniert. Schwerpunkt sind bisher asiatische Länder. Das jüngst eingeweihte German Centre Moskau zum Beispiel gibt in schwierigstem Umfeld wenigstens die Sicherheit, keinem russischen Vermieter ausgeliefert zu sein. Übrigens dürfen auch französische Firmen diese Gewerbezentren nutzen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s